UA-75645833-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualité

  • Nouveau maillot saison 2017-2018

  • Money time

    Le FC Costauds entame la dernière ligne droite de sa saison avec une demie finale de coupe du Rhône à 7 demain soir et le match sommet contre JTEKT pour la première de la poule vendredi soir avant la finale de coupe du Rhône à 11 le 23 juin. L’équipe du Présijean Pilou est donc en course pour un triplé historique conforté par sa dernière prestation aboutie contre Ménival (victoire 4-1).

    A Anse, temps agréable, une poignée de spectateurs, bonne ambiance et gros après match, terrain en plastique vert, FC Costauds – Ménival  5-1 (1-0).

    Buts pour le FC Costauds : Ryjean (3), Jeanvier et Jeanglet

    Compo du FCC : Jeanpavier – Kiki, Jeanpignon, Jeanpetit, Jeanchez – Jeanweb, Ryjean, Jeanroux – Jeanglet, Jeanjaccio, Jeanvier

    Entrés en cours de jeu : Jeanbrute et JeanBernard

    Le FCC s’est imposé au terme d’un match longtemps maitrisé mais serré jusqu’à l’expulsion d’un joueur visiteur pour moqueries sur l’embonpoint du référé alors que le score était de 2-1. A 11 contre 10 le FCC pouvait dérouler et l’emporter sur un score fleuve.

    A noter le premier hat trick de Ryjean sous le maillot rose ainsi que la première cape de Jean Bernard, transfuge de l’équipe a 7.

    IMG_0210.JPG

    JeanBernard était tout heureux d'avoir pu étrenner le maillot rose, le costard aussi

    Le mot (barbant) du coach :

    Si le score a mis du temps à se dessiner pour finalement aboutir à une large victoire face à de valeureux adversaires, il ne faisait pas l’ombre d’un doute que l’application et l’envie du groupe feraient la différence.

    Les notes du coach :

    Homme du match : Jeanpetit - 8 – son replacement en défense centrale n’est pas étranger à l’absence d’occasions de l’équipe adverse tant ses interventions et sa présence ont écœuré les attaquants adverses.

    Jeanpavier - 6 -  Quelques bonnes anticipations et sorties dans les pieds, un pénalty encaissé et à part ça pas grand-chose à faire du fait d’une solidité défensive retrouvée.

     Kiki – 5.5 – Un bon début de rencontre qui n'a pas été confirmé en 2nde période, souvent pris de vitesse et provoquant un pénalty pour un tacle dans la surface non autorisé

     Jeanpignon -  6.5 – Sans doute libéré par la présence de Jeanpetit à ses côtés, il relancé juste et dézoné à bon escient par moment en apportant le surnombre en milieu.

    Jeanchez - 6 - un match ponctué de quelques percées intéressantes et d’une présence défensive en nette amélioration. Encore trop de nervosité vis-à-vis de l’arbitrage

     Jeanweb - 6.5 – Avait dit être en jambes durant l’avant-match, il l’a par la suite démontré avec une grosse activité à la récupération et une bonne présence sur les deuxièmes ballons

     Ryjean – 7.5 – Aurait pu être l’homme du match pour son 100% aux pénaltys avec un 2/2 auquel certains de ses coéquipiers ne croyaient pas et son 3ème but mais sa perte de balle engendrant le pénalty adverse ternit sa copie.

     Jeanroux - 6 – un peu en dedans sur la première période, son entrée en seconde a permis à l’équipe de poser le jeu et de finalement faire la différence.

     Jeanglet - 6.5 – Malgré un face-à-face raté en début de première, l’ensemble de son match a été intéressant et ponctué par un but en fin de match

     JeanjaccYo – 6 - Un match sans éclat malgré une belle activité, sans doute trop préoccupé par la situation du SC Bastia en Ligue 1.

     Jeanvier – 6.5 - Un but et quelque beaux débordements mais il était face à une défense qui aurait dû lui permettre de se mettre encore plus en valeur

     Jeanbrute (ou Jeanpasbut) – 7 – Une très belle entrée en jeu en se montrant dangereux dès sa première action, aurait pu scorer sur un centre tir de JeanjaccYo s’il avait chaussé du 52

     Jean Bernard – 6 – Pour une première à 11 et malgré une évidente bonne volonté aura eu toutes les peines du monde à se situer sur le terrain

  • Rose pâle

    Contrairement à ce que l’ampleur du score pourrait laisser croire, le FC Costauds a dû puiser dans ses ressources pour venir à bout d’un adversaire valeureux. Seule la victoire est à retenir tant la prestation livrée par le FCC a été indigne de son standing.

    A Pierre Bénite, moquette usagée, temps maussade, bonne ambiance et bonne bière, ASCEE – FC Costauds : 5-10 (2-4)

    Buts pour le FC Costauds : Jeanglet (5), JeanjaccYo (4) et Jeanvier

    Compo du FC Costauds: Jeanpavier - Kiki, Jeanpignon, Liljean, Jeanpetit - Ryjean, Jeanki, Disciple - Jeanglet, JeanjaccYo, Jeanvier

    Entrés en cours de jeu: Jeanperez, Jeanchez et Jeanbrute

    Pendant que Jeanpré et JeanMo étaient chargés par l’adversaire du jour d’une mission de la plus haute importance à l’heure du coup d’envoi : aller ravitailler en bière les 2 équipes, le FCC se mettait rapidement à l’abri en menant 3-1 puis 4-2 à la pause en survolant globalement les débats même si une perte de balle de Ryjean sur un drible inutile puis un raté de Jeanpignon sur un long ballon offraient les 2 buts à l’adversaire.

    Au retour des vestiaires, les largesses défensives entrevues en 1ere période se sont transformées en offrandes à l’adversaire. Le match devint alors un peu fou et les buts se succédaient, les locaux revenaient même à 6-5 sur un but de Serge, le vétéran de l’ASCEE, celui-là même qui avait précipité l’arrêt de la carrière de JeanGuy en stoppant son penalty.

    Le FCC se décida alors enfin à accélérer pour se mettre à l’abri, profitant de la fatigue de son adversaire qui ne disposait pas de remplaçants en inscrivant 4 nouveaux buts. Jeanglet et JeanjaccYo jouaient le role d’artificiers en inscrivant 9 des 10 buts à eux 2.

    1017652540.JPG

    Jeanglet et JeanjaccYo se sont partagés le gateau

    Le mot du Coach : il est des matchs qui laissent un goût d'inachevé celui-ci en fait sans aucun doute partie. Face à une équipe qui aurait dû nous permettre de travailler notre jeu de passes et nos automatismes, nous avons trop souvent joué direct cherchant la profondeur plutôt que de jouer court comme demandé à la mi-temps. Le résultat reste tout de même une satisfaction.

    Les notes du coach :

    Homme du match : Jeanglet - 8 - Se créant un nombre incalculable de situations, marquant 5 buts dont un dans un angle improbable, il doit continuer dans cette voie mais attention tout de même à ne pas tomber dans la facilité

    Jeanpavier - 5.5 -  Il sort 2 arrêts (1 par mi-temps) et  ne peut rien sur les 5 buts encaissés. A traversé la rencontre sans réellement pouvoir être influent et surtout encaisse un but de Serge (hors jeu de 3m)

    Kiki - 6 - son début de rencontre n'a pas été au niveau de ses derniers matchs, la surface rapide l'empêchant d'exprimer au mieux ses qualités d'anticipation

    Jeanpignon -  5.5 - Alternant entre le bon (dans son rôle de premier relanceur) et le franchement mauvais (positionnement défensif) j'attends beaucoup plus de régularité d'un tel joueur

    Liljean - 6 - un match sans déchet mais sans éclat non plus, il doit prendre plus de responsabilités à la relance pour apporter d'autres solutions à l'équipe

    Jeanpetit - 6.5 – il n’est sans doute pas étranger à la réussite de Jeanglet sur ce match, présent défensivement il l'aura aussi été offensivement grâce à ses relances rapides

    Ryjean - 5.5 - une perte de balle coupable sur le 2eme but adverse mais on retiendra surtout un match plein par la suite dans un rôle de sentinelle habituellement occupé par Jeanweb

    Jeanperez - 6 – Intéressant de par sa conservation de balle. Dommage qu’il cherche systématiquement à jouer long. Il doit travailler son jeu de passe courte pour apporter encore plus à l'équipe.

    Disciple - 6.5 - une grosse activité et une grande disponibilité dans un rôle de 10 qui lui va comme un gant. Doit tenter sa chance hors de la surface.

    Yo - 7 - un match plein ponctué de 4 buts pour celui qui jouera désormais avec une poupée dans les bras en hommage à sa virilité perdue.

    Jeanvier - 6 – Je l’ai trouvé moins tranchant que sur ses dernières sorties malgré quelques belles chevauchées et 1 but.

    Jeanki - 6 – s’il a réellement pesé dans l'entrejeu par son volume physique, il n'a pas suffisamment fait parler sa technique et sa frappe de balle pour soulager l'équipe

    Jeanchez -  6.5 - une bonne entrée en jeu où sa vitesse et sa projection vers l'avant lui ont permis de se créer de belles situations. Attention tout de même au travail défensif qui doit rester la priorité au poste de latéro

    Jeanbrute - 6 - son faible temps de jeu du soir s'expliquait en grande partie par la volonté des dirigeants de l'économiser en vue de la journée andouillette du lendemain.

  • JeanPré "je ne suis pas satisfait"

    C’est autour d’un verre de Suze maison offert par le Présijean que nous avons balayé l’actualité du FC Costauds. Arborant une moustache à la Jeff Tuche, l’un de ses plus grands fan, l’homme fort du Peuple Rose n’a éludé aucun sujet et n’a pas hésité à pointer du doigt ce qu’il n’a pas apprécié en cette première partie de saison.

    JeanJeff.jpg

    Le bilan

    Certes nous sommes dans le peloton de tête, mais je ne suis pas satisfait du tout de ce début de saison au niveau comptable. En championnat nous faisons un nul et une défaite et menant 3-1 à la pause sur ces 2 matchs, c’est inadmissible de ne pas avoir su être sérieux pour garder ces résultats. Nous n’avons pas su profiter des faux pas de nos adversaires (JTEKT compte 2 défaites) et nous risquons de le regretter.

    Nous sommes éliminés de la coupe de France en passant complètement à côté de notre première mi-temps face à Ménival (0-3), et en s’inclinant de justesse contre JTEKT. Il est regrettable que ces derniers aient faussé la compétition en ne jouant pas le jeu sur leur dernier match.

    Le jeu

    C’est bien le sujet qui m’inquiète. Nous n’avons pas fait de match référence pour le moment et nous avons parfois fait preuve d’une désorganisation totale. Notre jeu n’est pas assez structuré et certains ne font pas preuve de suffisamment de sérieux et d’implication, ce qui pénalise fortement l’équipe. Nous ne pouvons pas faire preuve de dilettantisme si nous prétendons gagner quelque chose cette saison.

    Les blessés

    JeanMo, Jeanmuraille, Nicolibi, Yo, Jeanvier et maintenant Pépé, nous ne sommes pas épargné. Malgré ça nous faisons un bon début de championnat car nous avons la chance d’avoir un groupe étoffé et de qualité. Contrairement aux dernières saisons, le niveau est homogène et lorsque nous remplaçons Jean par Jean, on voit peu de différences. Lorsque tout le monde va être de retour, d’ici la fin du mois de janvier, nous allons faire mal.

    Le coach

    Formé par Pich, JeanDave a été à bonne école. il a pris la mesure du poste et je lui laisse de plus en plus d’autonomie. Un jour, il fera la compo d’équipe… ou pas.

    Il est très investi sur et en dehors du terrain et il a permis de remettre un peu de sérieux et un semblant d’autorité dans l’équipe, nous formons un bon binôme. Après s’il n’atteint pas les objectifs il connait le sort que je lui réserve, le Banquier peut lui faire une description.

    L’ambiance

    C’est l’une des satisfactions de cette saison, elle est très bonne. Il faut dire que nous avons de sacrés ambianceurs d’après match et que la rigolade coule à flot. Ça faisait longtemps qu’on avait pas eu un groupe aussi uni en dehors du terrain, c’est un plaisir de se retrouver 2 fois par semaine.

    Le foot à 7

    Sur ce coup, j’ai vraiment eu une très bonne idée, une de plus. Le foot à 7 nous permet de jouer une 2e fois dans la semaine et remplace donc un entrainement. C’est le noyau dur qui dispute ces matchs et on se fait bien plaisir même si les résultats sont en dent de scie. Le jeu à 7 demande pas mal d’adaptation et nous n’avons pas encore trouvé tous nos repères. La saison prochaine, nous serons plus ambitieux et nous fixerons des objectifs.

    Nous avons parfois manqué de solidarité et fait preuve de trop de nervosité, hors de question de repartir de la même façon à la reprise. Ceux qui s’éloigneront de cette ligne de conduite, à l’image de Jeanpanisant, se verront retirer leur nationalité costaude.

    Les tops et les flops

    Top 3

    Jeanpetit : toujours là, toujours bon, toujours accrocheur et toujours à la buvette, c’est une valeur sûre du FCC. La grande classe.

    Kiki : il a atteint son apogée cette saison avec un niveau de jeu que l’on n’imaginait pas. Il fallait bien ça pour palier la grave blessure de Jeanmuraille. C’est un super mec en plus, un peu trop raisonnable par moment.

    Jeanweb, Jeanbrute et Cyril : le premier est devenu incontournable, le 2e qui ne peut plus jouer dans le champ s’est recyclé avec bonheur en gardien de but de l’équipe à 7 et le 3e a préféré sacrifier une perf à la Sainté Lyon pour suzer avec les copains, il est en passe de devenir l’un de mes chouchous.

    Flop 3

    Jeanpanisant :on savait que ce garçon n’était pas fait du même jus que les vrais Costaud mais il avait fini par se fondre dans le groupe en début de saison puis il s’est inexplicablement mis hors-jeu tout seul en multipliant les caprices. Ce garçon est perturbé et n’est pas fait pour les sports collectifs, il devrait s'essayer au ping pong ou de e-sport.

    Jeanpignon : où est passé le joueur de la saison dernière qui était le pilier de la défense et l’un des leaders techniques ? Il commet beaucoup trop d’erreurs et ne se met pas au service du collectif. Nous avons besoin de lui à son meilleur niveau

    Jeanki : quand il est sur le terrain le jeu de l’équipe est transfiguré. Sa hargne, son volume de jeu et son aisance technique font un bien fou. Qu’est ce qu’il est marrant en plus ! Malheureusement il préfère ses beaux-parents aux gros matchs…

    Les objectifs pour la nouvelle année

    L’année civile costaude commençant le 11 juillet, date de mon anniversaire (hasard ou réalité scientifique), il est trop tôt pour en parler.

  • Touchés mais pas coulés

    Malgré sa défaite face à JTEKT, le FC Costauds est toujours en course pour se qualifier en coupe de France puisque dans le même temps Ménival s’est incliné contre ASSYRO.

    Le FCC devra donc s’imposer largement face à ASSYRO dans son dernier match de poule en espérant une défaite de Ménival à JTEKT.

    A Irigny, temps frais, belle pelouse en plastique, quelques spectateurs patibulaires JTEKT – FC Costauds 5-2 (4-0)

    Buts pour le FC Costauds : Ryjean et Jeanki

    Compo du FCC : Jeanpavier (5) – Kiki (6), Jeanpignon (6), Pépé (5), Liljean (5), Jeanpetit (5.5) – Jeanki (7), Jeanweb (6), Nicolibi (6.5) – Jeanglet (non noté), Disciple (5.5)

    Entrés en cours de jeu : Ryjean (5) et  Jeandave (5)

    On a aimé :

    L’état d’esprit et l’envie affichés de la 1ere à la dernière minute

    Le premier match de la saison de Nicolibi. Délesté de 11 kilos, il a réussi une très grosse partie

    La fin de match du FCC qui a eu les occasions de marquer 2 buts de plus

    Le schéma tactique en 5-3-2 qui a bien gêné les locals

    On a pas aimé :

    Seulement 13 joueurs sur la feuille de match pour un match de cette importance

    La blessure musculaire de Jeanglet en début de rencontre

    Les regrets nés de la défaite inaugurale face à Ménival

     

    Jeanki.JPG

    Jeanki a encore eu un abattage énorme au milieu de terrain

     

    Place au championnat la semaine prochaine avec un déplacement à Selux mercredi.

  • JeanDave putshé dehors?

    Intronisé coach du FCC par Pich, son mentor, JeanDave a pris les rennes de l'équipe en début de saison dernière avec une certaine réussite: victoire en coupe du Rhone et 2e place en championnat.

    Malgré ces probants résultats, un malaise envahissait le vestiaire en fin de saison dernière lorsque le coach avait tancé certains cadres et plus particulièrement les cousins Jeanpavier et JeanRoux sur leur embonpoint. 

    Les entraînements structurés, la campagne de match amicals catastrophique (un bilan de 3 larges victoires en 3 matchs) et une notation pour la moins surprenante des performances de ses joueurs ont finis de convaincre une bonne partie du groupe que JeanDave n'était plus l'homme de la situation.

    A une semaine du premier match de championnat, certains cadres du vestaire se sont tournés vers JeanMo pour qu'il revienne sur le devant de la scène, lui qui est invaincu à la tête du FCC.

    Pour "sauver son Peuple" celui ci n'a pas hésité a donner une conférence de presse très convaincante vendredi soir.


    Dave.JPGFurieux d'apprendre la nouvelle, JeanDave semblait prêt à passer la main: "C'est bon, je jette l'éponge... Je laisse donc JeanMo reprendre les rennes... Qu'il se débrouille avec la compo dès vendredi prochain."

    De son coté son altesse Présijeantissime n'a rien confirmé ni infirmé: "à ce jour je n'ai pas reçu de demande du coach pour résilier son contrat. JeanMo est un élément dévoué de notre club à qui à qui je n'hésiterai pas à donner ma confiance si JeanDave venait démissionner."

    Une nouvelle victoire des Rose et Noir vendredi prochain pourrait bien sceller le sort de JeanDave.



  • France - Brésil 86 conté par JeanGuy

    A l’aune de l’Euro 2016, il est de coutume de dépoussiérer les vieux souvenirs et de  revenir sur les grands matches internationaux du passé. Resurgissent alors les victoires de l’Euro 84, déjà en France, et celle de 2000, apothéose d’une génération au bout d’une finale devenue mythique.

    Si nos souvenirs footballistiques sont liés à notre histoire personnelle, nombre de quadragénaires d’aujourd’hui doivent avoir dans un coin de leur inconscient un petit bonhomme à moustache, un ballon coincé sous le bras et un sombrero sur la tête…

    diapo_mascottes8.jpg

    Vous l’avez ? Ca y est ? Voilà que maintenant votre cerveau ravive des réminiscences qui affluent par vagues et vous replongent trente ans en arrière, au temps de vos plus belles années de football, au temps des matches du samedi après-midi, des copains et des idoles d’alors, de la Renault 12 de Papa et du Tang au gouter, au temps du France-Brésil, quart de finale de la Coupe du monde 86 au Mexique.

    platini renault.jpg

    La France, forte de son titre de Championne d’Europe acquis deux ans auparavant, débarque au Mexique avec un statut de favorite. Portée par le fameux « carré magique » au milieu de terrain, la bande à Platini, triple ballon d’Or, déploie un jeu léché et vient d’éliminer en huitièmes de finale les champions du monde italiens deux buts à zéro.

    De leur côté, les brésiliens font forte impression avec un parcours parfait. Ils ont corrigé la Pologne quatre à zéro et s’avancent remplis de certitude, avec en chef de file Socrates et Zico, dépositaires du « football-samba » pratiqué par la sélection auriverde.

    socrates.jpg

    Il est midi à Guadalajara lorsque l’arbitre siffle le coup d’envoi. Il est vingt heures en France et les amoureux du foot se rassemblent devant le petit écran. On fait chauffer les barbecues et rafraîchir les bières en ce jour le plus long de l’année. De l’autre côté de l’Atlantique ce sont les Bleus qui grillent littéralement sous la chaleur accablante de la mi-journée. Dans un stade acquis fait et cause pour les brésiliens, le match débute. La selecao prive les Français de  ballon et enchaîne les longues séquences de jeu qui conduisent  à l’ouverture rapide du score par Careca au terme d’une magnifique action. Quelques minutes plus tard, ce même Careca est à deux doigts de doubler la mise mais sa frappe heurte le poteau de Joël Bats.

    Assommés par la chaleur, la France paraît déboussolée et peine à réagir. Malgré tout, au fil des minutes, les débats s’équilibrent et les Bleus remettent le pied sur un ballon qui semble ne jamais sortir des limites du terrain. Le ballon parvient jusqu’à Rocheteau sur l’aile droite. Centre de l’ange vert, Stopyra se jette tête en avant dans les pieds du gardien. Le ballon s’échappe jusqu’au second poteau d’où surgit Platini qui pousse le cuir dans les filets. Un partout, l’arbitre renvoie les deux équipes s’hydrater aux vestiaires.

    coupe-du-monde-1986_9024024_1.jpg

    Henri Michel, le sélectionneur tricolore, remobilise ses troupes. En France, les enfants se rejouent  la première période dans le jardin tandis que le soleil décline. Au Mexique, il fait toujours aussi chaud au retour des vingt-deux acteurs sur la pelouse.

    Dans les tribunes, les supporters cariocas reprennent leurs encouragements, portés par les percussions sud-américaines. Sur le terrain les joueurs semblent eux aussi jouer au rythme de la samba et le ballon passe de pieds en pieds, tel l’instrument d’une partition footballistique récitée à la perfection par ces virtuoses.

    Joël Bats a la baraka. Le portier français voit la tête de Zico frapper la barre. Quelques minutes plus tard il est à nouveau sauvé par sa barre sur une frappe de Careca. Tigana se présente seul devant le gardien brésilien mais perd son duel, les joueurs commencent à accuser le coup et Zico lance Branco dans la profondeur. Bats l’accroche et l’arbitre désigne le point de pénalty. C’est la stupeur devant les écrans en France. Zico s’élance mais Bats, sur un nuage, stoppe la tentative du meneur de jeu.

    brasil_1986_franca_get.jpg_95.jpg

    Il y aura donc des prolongations dans ce match qui n’a pas encore choisi son vainqueur. L’arbitre lui aussi ne veut pas départager les deux équipes et refuse un penalty évident sur Bellone, idéalement lancé par Platini.

    Comme une apothéose, le sort de ce match se jouera lors d’une séance de tirs aux buts à couper le souffle. Quatrième tireur, Michel Platini peut envoyer son équipe vers les demi-finales. Nous sommes le 21 juin, jour de son trente et unième anniversaire, c’est son destin, tout paraît écrit d’avance…il s’élance et voit sa frappe s’envoler vers le soleil brûlant, loin des cages de Carlos. C’est le chaos pour la France du foot qui retient son souffle et explose une première fois quand Julio Cesar frappe à nouveau sur la barre. Luis Fernandez, chaussettes baissées, grand échalas dégingandé frit par l’effort, pose son ballon sur le point de penalty. Nouvelle apnée. Nouvelle explosion ! Il marque et qualifie les Bleus.

    luis_fernandez_5594_north_780x_white.jpg

    Dans le stade, les tambours se sont tus. En France, des milliers de petits Luis frappent des pénos. Dans les vestiaires, Jean Tigana chante et danse la samba. Pour la victoire. Pour le foot. Pour l’éternité.

    téléchargement.jpg

  • JeanMo fait les présentations

    A l’aube d’une finale de coupe du Rhône attendue par tout un peuple, JeanMo, le directeur sportif intérimaire du FC Costauds dresse à sa façon le portrait des joueurs 16 joueurs convoqués (+1 réserviste) pour la finale et de son coach. A prendre au 3e degré. 

    JeanMo.JPG

    Jeanpavier : il doit avoir quelque chose d’Anglais dans les gants mais il saute beaucoup plus haut qu’en début de saison.

    Arnaud : régulièrement indisponible, il provoque l’ire de JeanRoux qui doit se déplacer par ses propres moyens.

    Jeanpetit : mal rasé, il inspire la terreur aux défenseurs, c’est surement pour masquer sa douceur et sa sensibilité. Un leader d’avant, pendant et après match, les autres jours aussi.

    Madjid : ce magrébin bien gâté par la nature nous surprend de match en match, pourtant il partait de loin.

    Jeanpignon : bon dans les gros match, suffisant dans les plus petits, espérons qu’il prenne la finale comme un gros. Largement en tête du classement des buteurs contre leur camp.

    Lilian : ce tatoué au grand cœur sait défendre, c’est indéniable, mais il passe son temps à rattraper les bourdes de Jeanpignon, c’est trop pour 1 seul homme.

    Pépé : un gentleman doublé d'un grand pêcheur. Malheureusement il a quelques soucis avec la coordination de ses jambes et il complexe sur la taille de son nez (à juste titre).

    Jeanweb : quasiment aucun point faible si ce n’est son système immunitaire. Il est aussi à l’aise avec une souris qu’avec un ballon, malheureusement le football n’est pas binaire.

    Jeanki : cette pièce maitresse de l’équipe est trop souvent absente en raison de blessures ou de problèmes conjugaux. Il faut qu’il trouve un pass pour ses menottes.

    Ryjean : un joueur quin’est pas dépourvu de talent mais qui doit se faire exorciser de C. Ronaldo et ses talonnades. Il a besoin de l’affection de son coach.

    Francis Allan : Il ressemble à Payet, il a le style de Payet, il a les origines de Payet mais il ne s’alimente pas comme Payet. Il faut qu’il force moins sur le carry de poulet et le rougail saucisse.

    Jeanglet : cet homme est taillé pour tripoter la balle et plus si affinité. Ses coéquipiers en redemandent.

    Jeanpanisant : あなたが弟を得るあなたのお母さんをファック. Qui comprendra saura

    Jeanpré : avec le temps je trouve qu’il a perdu de sa superbe. Le fait qu’il joue rarement à jeun y est peut-être pour quelque chose.

    Jeanbois : L’homme aux 1000 contrôles est au foot ce qu’Alain Delon est à l’humour.

    JeanRoux : c’est l’atout humour du FCC, ses nombreuses années de catéchisme ne l’ont pas arrangé. Jamais à cours de mayonnaise.

    Yo : en cette fin de saison,  il a gagné en sens de l’humour ce qu’il a perdu en sens du but.

    Dave : je voue autant d’amour au FCC que de haine envers cet homme. Je lui souhaite la même fin que le Banquier.