UA-75645833-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

banquier

  • J-10 avant les élections!

    Pourquoi le scrutin a-t-il été reporté?
    Conscient de son infime chance de victoire le 6 mai, un certain N.S. a tout simplement fait interdire toute autre élection le même jour, de peur que son électorat ne se disperse. Peine perdue. Il se dit aussi que Pich est monté au créneau en exigeant que le scrutin n'ait lieu que fin mai afin de ne pas perturber la fin de saison.  Le Présijean du FC Costaud sera donc élu au suffrage universel le dimanche 20 mai.

    Banquier est gay.jpgQue disent les sondages?
    Parti sur les chapeaux de roue, le Banquier s'est essoufflé. Certes, il est toujours en tête mais sent Pilou lui souffler dans la nuque (56% contre 44%). 



    Un gay à la tête du FCC?


    L'article "Pilou sur tous les fronts" a visiblement permis au président-candidat de refaire une partie de son retard. De la propagande? Pas du tout : le Banquier a également les moyens de publier lui-même un tel article en sa faveur. Se réserve-t-il pour le sprint final?



    Quelle est la prochaine étape?
    La campagne va monter en puissance avec le fameux débat télévisé. Filmé vendredi, en marge du prochain match du FCC, il sera diffusé sur FC Costauds.fr durant le week-end. Le Banquier se prépare en cachette en prenant des cours d'élocution. En privé, Pilou annonce la couleur : "Je vais l'exploser." Animé par Thierry Michou, ce débat devrait permettre aux derniers indécis de se décider.

    Jean Prési.jpg

    Comment aura lieu le scrutin?
    À l'inverse du sondage, seuls les licenciés du FC Costauds auront le pouvoir d'élire leur Président, ce qui semble bien naturel. On n'a pas (encore) demandé aux étrangers d'élire le Président de la République! Contestée par le Banquier, cette loi serait au cœur de son programme.

     

                                                               Le président-candidat a le soutien des extra-terrestres



    À moins qu'un Costauds ait une idée de génie d'ici là, le vote se fera par mail en indiquant son identité et le  nom du candidat pour lequel il vote. Thierry Michou – qui s'engage devant la bible costaudienne à ne rien révéler du vote de ses compatriotes-  réceptionnera tous les mails entre le samedi 19 mai 8h et le dimanche 20 mai 18h et annoncera dimanche soir à 19h le nom de l'heureux élu du Président du FC Costauds. Quelconque fuite sur twitter ou facebook sera durement sanctionnée (interdiction de buvette pendant un an).                                                

                                                     

  • Présidentielle : Les coups bas fusent déjà

     

    Lancée sur les chapeaux de roue hier, la campagne pour la présidence du FC Costauds s'annonce passionnante. Première analyse.

    1/ Qui a pris le plus de risques? Jean-Prési

    Est-ce parce qu'il est certain de sa victoire? Ou au contraire car il est condamné à jouer l'offensive pour être réélu? Toujours est-il que Pilou a pris des risques considérables :

    1/ Il s'est coupé de l'imposant clan Lahrèche en annonçant officiellement sa volonté de changer d'entraîneur.

    2/ Il s'est mis les écolos à dos en utilisant le terme "clébards" pour parler des adorables chiens du Banquier.

    3/ Il se coupe de ses anciens supposés partisans - Maxillaire, Vilain et Gigi – qu'ils qualifient de "sans-grades".

    Plus prudent (plus malin?), le Banquier a soigneusement pris soin de ne se mettre personne à dos. Par ailleurs, en utilisant "Pascale" et "Mémé Toto" comme mots clefs, le Banquier illustre à merveille son slogan : "Retrouver l'esprit costaud." Reste à savoir si tous les Costauds connaissent ces deux célébrités…

    2/ Qui a un réel projet économique? Jean-Prési

    Si l'on excepte les attaques personnelles (lire ci-dessous), les deux candidats ne sont pas encore sortis du bois. S'ils reconnaissent et l'un et l'autre que le FCC doit sortir de la crise financière, Pilou a le mérite de proposer une solution ("Multiplier le prix de la licence par deux pour ceux qui ne ramènent pas de sponsors et la rendre gratuite pour les autres"), à l'inverse du Banquier qui promet simplement de "retrouver une force financière". Un peu court mais, au moins, le Banquier ne prend pas comme Pilou le risque de faire fuir certains électeurs…

    3/ Qui est a été le plus loin dans les attaques personnelles? Jean-Prési

    S'il a assez peu élégamment point du doigt les difficultés d'élocution de son adversaire ("Le Banquier met du temps à sortir les mots"), Jean-Prési a surtout tapé fort avec son déjà célèbre "Le Banquier est un parasite".
    Trop fort? Les électeurs seront juges. Mais le Banquier n'est pas un enfant de chœur non plus : "Je déteste Jean-Prési. (…) Nous vivons une dictature."

    4/ Qui a le plus parlé de football? Jean-Prési


    En promettant de "changer de coach" s'il est réélu, Jean-Prési a au moins un peu parlé de foot. Toujours aussi prudent, le Banquier n'a rien dit à ce sujet.

    Conclusion :

    La campagne de Jean-Prési est hyper-agressive  avec une prise de risque maximale. Ce qui n'a pas l'air de déplaire au Banquier, qui semble vouloir laisser son adversaire commettre des erreurs.

     

  • Yann et Seb: 2 anciens Costauds de retour !

    Qu'avez vous fait pendant cette saison loin du FCC?

    Yann : Avec Seb, nos destins sont un peu liés. Nous sommes arrivés ensemble au FCC, nous sommes partis ensemble et nous revenons encore ensemble.  Nous sommes un peu comme Zizou et Duga (je vous laisse deviner qui est Zizou et qui est Duga !).

     

    fsgt,foot,yann,seb,perou,champion,zizou,duga,banquier,menival


    Pendant tout ce temps, nous avons été envoyé par notre président Jean Pré au Pérou afin de retrouver notre meilleur joueur disparu : Lému, Nous avons été de villages en villages à sa recherche mais en vain. Nous sommes donc rentrés au pays bredouille après plus d’un an de périple à travers la jungle… et il était là.

    Seb : ah oui, nous avons beaucoup vadrouillé

    Qu'est ce qui a motivé votre retour au FCC?

    Yann : Un salaire de 30 000 € par mois nous a été proposé mais nous ne jouons pas en dessous du revenu minimum de la FSGT (35 000 € par mois), le Président nous a donc accordé ce salaire minimum afin que nous puissions rechausser les crampons et apporter un peu plus de fougue à ce jeune club plein d’avenir.

    Seb : J’ai eu un appel du pied du Président il y a 3 semaines, je n’ai pu refuser. Le FC Costauds ne se refuse pas. Il y en a bien qui ont essayé mais…

    Seb.JPG


    Avez-vous trouvé que le FCC a changé depuis votre départ?

    Yann : A part au niveau technique, non. Nous sommes partis, le Banquier « replaçait de façon calme et posée» ses partenaires sur le terrain, nous revenons, il les replace toujours de la même manière. Il faut avouer que cela nous manquait. C’est vrai que le FCC a très bien évolué et qu’il n’avait pas perdu de match en championnat (jusqu’à notre retour), il y a un très bon niveau.

    Seb : Malgré notre défaite 4-0 la semaine dernière, je trouve que l’équipe a bien progressé… et que le Banquier est toujours le même !

    Le FCC traverse une mauvaise passe, pensez vous pouvoir gagner quelque chose cette saison?

    Yann : Le championnat est encore long, nous pouvons encore finir champion. Pour cela, il nous faudrait retrouver notre pilier défensif Lému. Mais nous avons confiance en cette équipe qui joue vraiment très bien.

    Seb : J’espère que nous remporterons le championnat. A nous de nous en donner les moyens et ce, dès ce soir contre Ménival.

    A titre personnel quel est votre objectif?

    Yann : Au départ, Banquier, a essayé de nous acheter pour renverser le Président et le coach. Seb se voyait bien Calife à la place du calife et moi coach (c’est moins fatiguant que d’être sur le terrain) mais nous sentons encore un plan foireux du Banquier alors nous allons attendre un peu pour voir et finir la saison tranquillement.

    Plus sérieusement, nous souhaitons prendre du plaisir avec le FCC et aider du mieux que l’on pourra cette belle équipe.

    Seb : Retrouver les automatismes avec mes partenaires, prendre du plaisir et apporter tout ce que je peux à notre belle équipe.

  • Jean-Guy : Voilà, c'est fini

    JEAN GUY.jpgGravement blessé la semaine dernière contre Orange, Jean-Guy ne remettra plus jamais les pieds sur un terrain de football. A bientôt 36 ans, le mythique capitaine du FC Costauds est contraint de jeter l'éponge. Sa confession.

    Jean Guy, donnez-nous de vos nouvelles ?

    Elles sont peu encourageantes, j’ai dû me rendre à l’hôpital dimanche soir, la douleur était insupportable et mon genou avait triplé de volume !

    Depuis je me promène en béquilles, l’âme en peine et le genou dans la sciure…

    Peut-on espérer vous revoir sur la pelouse cette saison ?

    A la buvette sans aucun doute, sur la pelouse sûrement pas. C’est la deuxième fois en deux saisons que je me fusille le genou…..et j’aurai 36 ans cette année…

    Craignez-vous une fin de carrière prématurée ?

    Je ne crains rien, je me suis préparé à ça. Ma carrière a tout de même démarré il y a près de 30 ans. Imaginez, je chaussais mes premiers souliers à crampons alors qu’il y avait encore un  Mur à Berlin ! Je mangeais des Raiders (pas des twix), buvais du Tang, Bernard Hinault gagnait le Tour et j’écoutais  « thriller » sur ma platine 45 tours !!
    Alors oui, j’annonce aujourd’hui que j’ai porté vendredi soir pour la dernière fois la fameuse tunique rose….Mes genoux et mon médecin ont beaucoup échangé et sont tombés d’accord. Si je ne veux pas d’une prothèse à 50 ans, il est judicieux de raccrocher les crampons. Je pars sur une belle victoire, brassard au bras et tête haute….

    "Si je ne veux pas d'une prothèse à 50 ans, il est judicieux de raccrocher"

    Comment vous êtes-vous blessé ?

    Il restait 2 minutes à jouer et j’ai voulu prendre le ballon au joueur adverse le plus rapide. Malgré mon coup de rein légendaire je me suis fait déposer et j’ai mis ma jambe droite en opposition afin de stopper le feu follet…Mais lui ne s’est pas arrêté et m’a tout emporté, ma jambe, mon genou, et mes rêves.
    J’ai ressenti une douleur intense que je ne veux plus jamais connaître et que je ne souhaite à personne. Les joueurs de ballon que sont JeanBank et Tonton ont tout de suite compris que pour moi c’était fini.

    Comment ont réagi Mme Georges et les enfants ?

    Vous savez, quand vous vous mariez avec un footballeur, vous êtes au courant des risques du métier…D’ailleurs à l’époque je n’avais pas traîné à l’avertir car je me rompais mes premiers ligaments croisés quelques jours après notre rencontre !!

    Elle n’est donc pas surprise de ce nouveau coup dur. Quant aux enfants, ma blessure entretient un peu plus ma légende de Papa en carton qui se blesse sérieusement chaque année !

    Viendrez-vous encourager vos coéquipiers ce vendredi ?

    Sans doute que je passerai faire un petit coucou même si ça va me couter de voir les copains évoluer sans moi..

    Songez-vous déjà à votre reconversion? Souhaitez-vous intégrer le staff?

    Je ne vous cache pas que je ne vais sûrement pas couper mes liens  avec le monde du ballon rond, d’ailleurs j’ai été contacté par plusieurs clubs pour prendre la tête de leur équipe… Mais ma priorité reste le FCC, au président et aux dirigeants de me faire connaître leurs projets…

    Êtes-vous intéressé par le rôle d'entraîneur? 

    Je ne veux prendre la place de personne, surtout pas du banquier…euh pardon de Pich bien sûr ! C’est tout de même lui qui m’a nommé capitaine et je ne suis pas un adepte des coups bas. Un rôle d’adjoint peut être envisageable à court terme, dès que mon genou ira mieux…

    Comment va faire le brassard sans vous?

    C’est là mon plus gros regret, abandonner ce brassard que je chérissais tant ! A mes yeux mon successeur devrait être un joueur assidu, impliqué et moteur pour l’équipe. Mon poulain est Jukipu, il a pris de l’assurance dans le vestiaire et est toujours aussi impressionnant sur le terrain. JeanPré ? Je suis contre le cumul des mandats. De toute façon le brassard a été trop détendu sur mon bras pour tenir sur celui de Philou !!!

  • Exclusif: l'interview du brassard du FCC !

    Bringuebalé de bras en bras depuis 2 ans, le brassard semble enfin avoir trouvé la stabilité sur le biceps de Jean Guy. Épanoui, il nous livre un entretien vérité.


    Brassard, vous rayonnez aujourd’hui. Expliquez nous d’où vient cette joie retrouvée ?

    C’est bien simple, la réponse tient en deux mots : Jean Guy. Avec lui, je me sens  « brassard » à part entière. Une complicité  s’est créée dès lors qu’il m’a mis à son bras droit.

    foot,fc costauds,fsgt,brassard,president,cartouche,poubelle,gitan,rose,noir,larme,souvenir,cauchemard,buvette,sandwich,cornichon,rosette,chance,gourde,gueule de bois,libero,francis lalanne,artiste,love story,banquier,coach,champs elysées,coupe de france,jean pierre papin


    Vos années d’errance sont donc derrière vous. Consentez-vous à revenir sur cette période plus rose que noire ?

    Même si je me sens mieux, je sais que je ne ferai pas table rase en claquant de l’élastique ! Peu de brassards auraient supporté ce que j’ai enduré (il sèche une larme).

    Comment se sentir aimé quand vous ne savez pas sur quel bras vous allez figurer chaque semaine ? Je vous le demande ! Rien que d’en parler des souvenirs affreux me reviennent …..


    Vous sentez prêt à nous livrer quelques uns de ces souvenirs, si abjects soient-ils ?

    (Il se tend un grand coup) Oh, j’aurai tellement à vous raconter…Si je devais sortir du lot deux ou trois des cauchemars que j’ai vécu, je dirai :

    Passer des soirées buvette avec JeanPré c’était sympa, mais j’avais une de ces gueules de bois le lendemain, il en profitait pour me caresser et abuser de moi. Les taches de gourde ternissaient mes belles couleurs, je me sentais souillé. On s’est bien marré avec JeanPré mais il ne me considérait que comme un objet qui le mettait en valeur.

    Ou bien ce qui restera peut être comme mon plus mauvais souvenir, c’est lorsque JeanGigi a voulu m’essayer. Il m’avait caché dans son sac, coincé entre un sandwich rosette/cornichons de l’année précédente et une cartouche trois couleurs usagée. Quand Gigi m’a attrapé de ses doigts boudinés aux ongles noircis, j’ai failli tourner de l’élastique !! Ma chance ce jour-là fut que le Gitan se trouvât une nouvelle fois sur le banc, sinon c’en était fini…

     

    foot,fc costauds,fsgt,brassard,president,cartouche,poubelle,gitan,rose,noir,larme,souvenir,cauchemard,buvette,sandwich,cornichon,rosette,chance,gourde,gueule de bois,libero,francis lalanne,artiste,love story,banquier,coach,champs elysées,coupe de france,jean pierre papin

    Dans le sac de Jean Gigi….


    Parlons alors du présent. Comment s’est passée la rencontre avec Jean Guy ?

    Là encore, la chance a tourné en ma faveur. Suite à une énième blessure de JeanPrési, j’atterris sur le bras de Jean Guy. En quelques secondes, je ne flottais plus sur le bras malingre du Président, j’étais véritablement collé au biceps du libéro des Roses et Noirs.

    De mémoire de brassard, personne ne m’avait étiré de la sorte, un bonheur sans nom.


    Vous semblez vivre une véritable idylle. Comment se passe désormais votre quotidien ?

    Jean Guy et moi, on se lâche plus. On partage tout, on se dit tout. Oui je peux le dire, je suis amoureux. Rien ne nous séparera, comme le chante Francis Lalanne, notre artiste préféré à tous les deux.

    J’ai envie d’une love story, comme celle qu’ont connu Jean Pierre Papin et son bandana rouge à l’OM.

    foot,fc costauds,fsgt,brassard,president,cartouche,poubelle,gitan,rose,noir,larme,souvenir,cauchemard,buvette,sandwich,cornichon,rosette,chance,gourde,gueule de bois,libero,francis lalanne,artiste,love story,banquier,coach,champs elysées,coupe de france,jean pierre papin


    Dernière question. N’avez-vous pas peur de susciter des jalousies au sein du groupe ? Ne vous méfiez-vous pas de cet opportuniste de Banquier et du fielleux Président ?

    Jean Guy me l’a dit, il ne me lâchera plus. Les autres joueurs ont de toute façon beaucoup trop peur pour leurs enfants pour le contester ! Nous avons la confiance du Coach.

    Et puis, Philou sera bientôt blessé à nouveau et le Banquier est un intermittent sans appui dans le vestiaire.

    Des projets ? Oui nous en avons plusieurs, notre rêve étant de brandir la Coupe de France. Jean Guy m’a promis qu’on remonterait les Champs Elysées bras dans l’élastique !!!

    foot,fc costauds,fsgt,brassard,president,cartouche,poubelle,gitan,rose,noir,larme,souvenir,cauchemard,buvette,sandwich,cornichon,rosette,chance,gourde,gueule de bois,libero,francis lalanne,artiste,love story,banquier,coach,champs elysées,coupe de france,jean pierre papin


  • Coupe de France: nouveaux maillots, nouvelle victoire

    En signant sa  3e victoire en autant de matches de coupe de France, le FC Costauds a montré qu’il voulait aller loin dans cette compétition. Tout ne fut pas aussi facile que le score (7-3) pourrait  laisser supposer, les Costauds ont souffert en début de match avant que son adversaire ne baisse le pied. Les hommes de Pich ont abordé cette rencontre avec un rare sérieux et une grande motivation, contre une belle équipe de Quickprint qui sait recevoir, l’après match était un moment très sympathique.

     

    FCC - Quickprint 007.JPG

     

    A Chambéry, Coupe de France FSGT, terrain en plastique, temps ensoleillé, vue sur la Dent du Guignol, 30 spectateurs.

    Quickprint-FC Costauds 3-7 (2-1).

    Buts pour le FCC : Tata (2), Jo (2), Khalil, Jeanbil, Jeankipu

    Composition et notes du FCC : Gigi (7.5) – Josh (7), Banquier (7), Jean Guy (7), Jeanbil (7) – Jeankipu (7) – Pilou (7), Tata (8), Nicolibi (7) – Khalil (7.5), Jo (8).

    Entrés en cours de jeu : Jeanbois (7), Sam (6.5) et Lému (7).

    Le match :

    Pour la première fois de son histoire, le FCC disputait un match officiel hors de ses frontières rhodaniennes. Pour cet évènement, les Costauds avaient fait les choses en grand ; Après une collation chez Sponsor, les roses et noirs partirent guillerets dans la brume lyonnaise.

    Bien qu’en effectif réduit, les Costauds se présentèrent sous le soleil savoyard bien décidés à en découdre dans une composition inédite.

    En effet, privés de leur gardien, c’est Gigi qui enfila les gants, se sacrifiant pour son club, ou l’inverse c’est selon….mais le coach avait prévu d’autres changements ! A la surprise générale, Banquier se postait libéro, Jean Guy stoppeur, reléguant Lému sur le banc…

    Ce coup de théâtre assomma l’équipe. JeanLém’ fut rejoint sur le banc par Jean Bois, costaud à l’état d’esprit irréprochable mais remplaçant désabusé par les choix de Pich !!

    Ajoutez à cela un échauffement trop light et voilà les Costauds surpris dès les premières minutes par QuickPrint. JeanBank et Jean Guy alignés, c’est Tonton Josh qui couvrit l’attaquant adverse qui crucifia Gigi en phase pré-digestive…

    La réaction ne se fit pas attendre et Tata vint égaliser reprenant un centre au premier poteau. Malgré leur domination, les Costauds déjouaient et multipliaient les mauvais choix.

    A la suite d’un coup franc, Banquier poussé dans le dos prolongea malgré lui le ballon au second poteau où l’attaquant adverse ainsi remit en jeu marqua à bout portant.

    Devant, Tata et Jo, bien secondés par Kipu, Pilou, Nicolibi et Khalil mettaient la défense chambérienne au supplice mais alternaient maladresse et précipitation et ne parvenaient pas à égaliser avant la pause.

    FCC - Quickprint 014.JPG


    Mené 2-1, Pich effectua quelques changements tactiques. Lému, en bon marseillais, avait fait une Gignac et avait troqué le short chaussettes pour un jean basket, après avoir fait part de son mécontentement au Coach.

    Il consentit à se rechanger et reprit sa place dans une défense à trois.

    Solides derrière, les framboises et roses (nouveau maillot, nouvelle couleur !) se ruèrent sur la cage adverse. Jean Gigi put entamer sa sieste digestive et observer de sa cage les six buts inscrits par ses coéquipiers en seconde période.

    Seul un pénalty généreusement accordé à Quickprint entacha une mi-temps dominée de la tête et des épaules par le FCC.

    Idéalement placés pour se qualifier pour la suite de la compétition, les Costauds se concentrent désormais sur le Championnat, en espérant que le FCC puisse conserver un peu de stabilité dans un effectif sans cesse remanié !!

     

    LE MAILLOT FRAMBOISE ET ROSE CA NE SE GALVAUDE PAS !!!

    La victoire a été fêtée jusqu'à tard dans la nuit par les Costauds qui se sont produits à l'Alibi, nouveau sponsor maillot du club. Gigi a même terminé la soirée dans un kebab où il a passé la nuit: "Président, qu'est ce qu'il s'est passé hier soir? Je me souviens de rien... juste que je me suis pointé dans un kébab à 7h, je lui ai demandé s'il pouvait me faire à bouffer, il avait plus rien alors je lui ai demandé si je pouvais dormir. Il a dit OK, m'a réveillé 4h plus tard et m'a fait une salade aux olives".

    NDLR: un jour vous finirez dans la chambre froide ou sur la broche Gigi.

    Jeu et Costauds :

     L’homme du match

    FCC - Quickprint 005.JPGGigi (7.5) : Après un échauffement à 8 bières, il a été cueilli à froid et perdit son premier face à face. Il s’est bien rattrapé par la suite en détournant superbement un coup franc et en effectuant une claquette dont il a le secret pour dévier le ballon sur sa transversale.

     

    Josh (7) : fautif sur le premier but où il était mal aligné, il s’est ensuite bien rattrapé en bloquant son couloir. A terminé le match en milieu défensif.

    Banquier (7) : appliqué dans la relance et exemplaire dans le comportement, il a parlé a ses coéquipiers à bon escient. Pourvu que ça dure !

    Jean Guy (7) : solide comme lors de ses dernières sorties, il a apporté sa sérénité dans les temps faibles de son équipe. Le brassard lui va comme un gant.

    Jeanbil (7) : passeur sur le premier but, il a su prendre ses responsabilités pour transformer le penalty du 3-2. Très actif sur le coté gauche, il a donné du fil à retordre à ses vis-à-vis. Trop facile parfois.

    Jeankipu (7) : infatigable ratisseur de ballons au milieu de terrain, il a peiné à bien ressortir le ballon en première période, ce qui ne l’a pas empêché d’inscrire son 7e but de l a saison.

    Pilou (7) : a fait preuve d’une grosse activité au poste de milieu droit, il rate d’égalisation en fin de première période. Repositionné en n°6 après la pause puis en stoppeur après le carton blanc de Lému, il s’est montré à l’aise dans ces différents rôles.

    Tata (8) : Il a été de tous les bons coups : passeur et double buteur, il a su faire basculer la rencontre. Il aurait du obtenir un penalty pour une faute évidente en première période. Vivement sa 3e apparition sous ses nouvelles couleurs.

    Nicolibi (7) : a bien aidé ses défenseurs lors de la première demi-heure durant laquelle son équipe était dominée. Il a eu du mal à réaliser certains enchainements technique en fin de match quand il a voulu imiter Tata. Meilleur en soirée pour faire danser les Costauds à l'Alibi en compagnie de la mascotte, Didier adjoint pour l'occasion (voir photos).

    Khalil (7.5) : positionné attaquant dans le 4-4-2 du coach, il était au four et au moulin en début de match lorsque le FCC était bousculé. Il a encore marqué et aurait pu inscrire un doublé après s’être joué de la défense et du gardien mais son tir est passé à coté.

    Jo (8) : c’est un buteur ! il ne s’est jamais découragé et à multiplié les appels. Il est revenu aider ses milieux lorsque Quickprint poussait en début de match et a été récompensé par 2 très jolis buts. Mention spéciale pour le 2: une frappe enroulée dans la lucarne.

    Jeanbois (7) : ça ne fait plus de doute, c’est un latéral. Comme a chacune de ses sorties à ce poste, il s’est montré accrocheur et jamais avare d’efforts. Sa combativité et son apport offensif ont fait beaucoup de mal aux locaux.

    Sam (6.5) : il était mieux physiquement pour son 2e match, il s’est surtout contenté de bloquer son couloir quand l’équipe est passée en 3-5-2 en 2e période.

    Lému (7) : frondeur en début de match où il n’a pas accepté, à juste titre, la décision de son coach de le placer sur le banc, il a réalisé une bonne première période dans une défense à 3 où il se sent à l’aise. Auteur d’un tacle très (trop) agressif, il a surement voulu se venger de son entraineur sur le pauvre attaquant de Quickprint…

    Pich (6) : ses choix de laisser Lému et Jeanbois sur le banc au coup d’envoi n’étaient pas vraiment réglos envers des joueurs irréprochables dans l’état d’esprit. Son choix de ne donner ni la compo, ni le système de jeu alors que celui-ci n’était pas le 4-3-3 habituel a perturbé son équipe en début de match. Son choix de passer en 3-5-2 en seconde période s’est en revanche avéré être une excellente décision. Dans ce système, le FCC a su faire exploser son adversaire.

    La réaction :

    Pilou.JPGJean Prési « je suis fier de mes troupes, notamment pour le sérieux dont nous avons fait preuve pour aborder cette rencontre. Il nous reste encore 2 matches à jouer pour accéder au tirage national et il nous faut encore une victoire pour nous qualifier. En jouant comme aujourd’hui (samedi), par des actions construites et des redoublements de passes, sans envoyer systématiquement le ballon vers l’avant, nous pouvons faire mal à beaucoup d’équipes ».


    Les images:

     

    Les vidéos:


     

     

  • Dossier: Jean Guy, un Costaud sans scrupules

     

    Alex&Elisa 026.JPG

    Tantôt présenté comme un tueur en série, comme le père de la mascotte Thierry Roland ou comme l’intello du FC Costauds, Jean Guy est en réalité un véritable homme politique qui n’hésite pas à manipuler et trahir pour assouvir ses ambitions. Dans ses rêves les plus fous, il se voit même un jour président du FCC à la place de Pilou « j’ai bien réussi à lui prendre le brassard de capitaine, alors pourquoi pas le fauteuil de Président ? » lance t’il même à l’assemblée un soir de buvette.

     

    Si Jean Guy n’a pas encore officialisé sa candidature à l’investiture de la maison rose, il est déjà considéré comme un sérieux candidat par l’équipe du Président en place : « il a peu à peu réussi à tisser des réseaux dans le club et il n’a pas d’ennemis, du moins pas encore. Il faut se méfier de lui, je sais qu’il est fourbe, il a voulu se faire désigner tireur de pénalty à ma place. Je sais que si un jour j’en rate un, lui ne me ratera pas » nous confie un Costaud buteur qui préfère garder l’anonymat.

     

    Mais pour savoir qui est réellement Jean Guy, il faut fouiller dans son passé. Ses rêves de capitanat et de Présidence viennent de très loin. Il a mis des années et des années à échafauder un plan qu’il pense implacable :

     

    Sa jeunesse « dorée »

     

    Nous sommes au cœur des années 90 lorsque Jean Guy fait la rencontre du Banquier, de Josh et de Ced Monnet (qui attend toujours le passage de l’EDF chez lui d’ailleurs !). Ils jouent quelques saisons ensemble à Neuville. Lorsque Jean Guy parle de cette période, il se présente comme le capitaine de l’équipe cadet Neuvilloise, Banquier n’a pas les mêmes souvenirs : « je ne crois pas l’avoir vu porter le brassard là bas, peut être avec l’équipe 3… ». Il narre aussi ses matches aux cotés de Josh, lequel avoue « nous n’avons jamais joué ensemble à Neuville, je jouais en équipe première, en championnat de France ».

     

    Ces témoignages sont confirmés par nos photos d’archives délivrées par un mystérieux indicateur : on ne voit pas Jean Guy avec le brassard et encore moins Jean Guy dans la même équipe que Josh. Par contre on remarque bien la belle coupe de cheveux de notre libero mythomane.

     

    Jean Guy, Jean Bank et Jean Ced jeunes.jpg

    Jean Guy entouré en haut à gauche, Ced en haut à droite et le Banquier en bas

    Josh jeune.jpg

    Josh en haut à droite avait l'air d'un senior par rapport à ses coéquipiers

     

    Son arrivée au FC Costauds

     

    Etant sans club depuis quelques années, Jean Guy a fait connaissance de l’équipe du Président Pilou lors de la finale de la coupe du Rhône 2009. Tombé sur un article de presse relatant les exploits des roses et noirs,  « il est venu voir comment ça jouait, par curiosité ». Il a reconnu ses anciens coéquipiers lors de la rencontre ce qui lui a donné envie de postuler pour signer au FCC.

     

    Tout porte à croire qu’il n’a en fait pas laissé passer l’aubaine de relancer sa carrière dans le club le plus populaire de la région, en sollicitant ses anciennes connaissances : Josh et Banquier, lequel abonde dans ce sens « J’ai eu une demande d’ami de sa part sur Facebook quelques jours avant la finale. Je me souvenais vaguement de qui il était, je l’avais déjà croisé, c’était un pote de collège de Josh. Je ne savais pas qu’il avait joué à Neuville à mon époque».

     

    Le doyen du FCC confirme « j’ai été surpris de le voir au bord du terrain, je ne l’ai d’ailleurs pas reconnu de suite, il a beaucoup changé mais son regard de prédateur ne s’oublie pas. Quant il m’a demandé si nous cherchions un défenseur j’ai été un peu gêné, mais ça avait l’air de lui faire tellement plaisir que je l’ai présenté au coach ».

     

    Sa place dans la hiérarchie Costaude

     

    On ne peut pas enlever à Jean Guy qu’il est un bon vivant et qu’il aime son club. Toujours présent pour jouer, venir aux repas et rester boire du coscock à la buvette, il est également un très bon ambianceur de vestiaires. Ses tubes « Michou Lahrèche » et « ça c’est Costaud » ont connu de grands succès populaires et ont fait sa gloire et sa fortune.

     

    C’est pour ces raisons qu’il est apprécié de ses coéquipiers et du staff comme en témoigne Maxillaire qui, n’ayant pas d’enfant peut parler librement « c’est bon gars, un peu discret à la buvette mais très attentionné avec les enfants, il est toujours là pour déconner et il est très investi. Par contre ce n’est pas un leader ».

     

    Cette fin de déclaration interpelle puisque dans la tête du coach, Jean Guy est le nouveau capitaine du FC Costauds : « je l’ai nommé capitaine après sa prise de pouvoir alors que je ne le pensais pas motivé pour cette fonction. Il a eu une discussion avec le Président puis il s’est autoproclamé capitaine. Il n’est pas irréprochable sur le terrain et depuis qu’il m’a incité à le placer libero il est vrai qu’on encaisse pas mal de buts évitables. Il est maintenant en concurrence avec le Banquier même si les 2 peuvent jouer ensemble ».

     

    Le coach avait défini un profil bien précis pour le rôle de capitaine : être âgé, expérimenté et respecté, tout le contraire de Jasmine et Khalil les 2 derniers porteurs du brassard…

     

    Un stoppeur qui n’est pas motivé pour le capitanat qui se retrouve libéro avec le bout d’étoffe sur le bras… le coach aurait il subi des pressions ?

     

    De plus, le Président nie catégoriquement avoir eu une quelconque entrevue sur le sujet avec son joueur.

     

    Son avenir au FC Costauds

     

    Une chose est sûre, après lecture de cet article, ses coéquipiers le connaitront sous son vrai visage, son principal soutien reste donc le coach, lequel est régulièrement mis sur la sellette. Son manque de discernement sur l’épisode du brassard ne lui fait pas marquer des points.

     

    Banquier apprécie Jean Guy mais les rêves de présidence des deux hommes sont incompatibles, ces deux là seront donc ennemis au lancement de la campagne présidentielle au mois de mars.

     

    Jean Guy a régulièrement fait part de ses envies de retraite au terme de la saison, surement pour faire valoir l’argument d’une présidence à plein temps contrairement au président en place. Nul doute qu’en cas d’élection la promesse ne sera pas tenue et ses prérogatives étendues.

     

    Maintenant que les grandes manœuvres sont lancées, il est clair que si son opération « Jean PresGuy » échoue il n’aura d’autre choix que de quitter le monde du football et que plus personne ne lui tendra la main comme le FCC a pu le faire quant sa carrière était au point mort.

     

  • Tirée par les cheveux

    Objectif atteint pour le FC Costauds vainqueur 3-2 d'AG4L mardi soir à l'hôpital de Craponne. Mais la manière ne fut pas franchement meilleure que celle des Bleus de Laurent Blanc.


    À l'hôpital de Craponne, championnat FSGT, 5ème journée des poules de brassage, temps froid, nuit noire, 200 spectateurs en colère (de leur chambre d'hôpital, impossible de distinguer le terrain à cause des fumigènes).

     AG4L – FC Costauds : 2-3 (0-0). Buts pour le FCC : Jukipu (2), Khalil.

    FCC : Lému – Bret Banquier Jean-Nique Jean-Bois – Tomalibi Jukipu – Khallil – Nicolibi Michou Pilou. Entrés en cours de jeu : Jean-Roch, Disciple et Sam.

    On a aimé :

    - La présence de Maxillaire sur le banc. Une première cette saison. S'il tient tant à courir le vendredi, pourquoi ne le ferait-il pas autour du stade?

    - Le premier but : une tête de Jukipu à la réception d'un long coup-franc du Banquier (50°). Il était temps de débloquer ce match!

    - La première vilaine faute de la carrière de Michou. Quelle brute épaisse!

    - Banquier, Jean-Nique, Jean-Roch, Lému. Ils sont quatre pour deux places en défense centrale. Sacré casse-tête pour Pich. Dommage pour Lému,qui revenait bien, et pour le Banquier, qui ne se blesse plus.

     

    On n'a pas aimé :

    - Que Lému n'ait pas arrêté le penalty. Que l'histoire aurait été belle!

    - L'entrée trop tardive de Sam, visiblement sanctionné de sa coupe de cheveux non réglementaire.

    - Les Heineken offertes par l'adversaire. L'intention est louable mais, vingt-neuf ans après, comment peuvent-ils ignorer que le sinistre M.Corver (France-RFA 82) était néerlandais, comme Heineken?

    - Le mail du Banquier au plumitif : "Oublie pas ma passe, j'y tiens". Quelle prétention! Il aura automatiquement deux points de moins au prochain match.

    - La rapide blessure de Tomalibi.

    - Le sauvetage du gardien sur la superbe volée de Nicolibi, qui aurait mérité meilleur sort.

    - Le relâchement du FCC à 3-0 en sa faveur, permettant aux adversaires de marquer à deux reprises.

    Jeu et joueurs :

    Marqué dans sa grande adolescence par Andreas Köpke, Lému (6,5) a réalisé un premier match inspiré dans la cage. Une présence hors du commun, des ballons systématiquement relâchés…euh, pardon, boxés... Seul bémol : sa manière de fuir le centre de sa cage deux secondes avant que le tireur de penalty n'approche du ballon. Match plus discret qu'à l'accoutumée pour Bret (6) le meilleur latéral du FC Costauds, peut-être perturbé par le Banquier (6,5). Positionné libéro, ce dernier a été tout de même l'un des rares à surnager techniquement sur un terrain difficile. Passeur décisif sur coup de pied arrêté sur le premier but, auteur d'une belle montée en première période. JeanNique (6,5) a réussi un bon match, solide sur l'homme et propre dans la relance. Un coup gardien, un coup avant-centre, un coup latéral gauche, pas évident dans ces conditons pour Jeanbois (5,5) de briller.

    Rapidement blessé, Tomalibi a fait défaut son Didier de frère, Nicolibi (6), tout de même auteur d'une superbe volée repoussée sur le poteau par le gardien. Jean Roch (7) a encore une fois montré qu'il était dur au mal, un très bon récupérateur.

    Jeankipu.JPGJukipu (7,5), auteur d'un doublé, a sans doute à lui tout seul sauvé les Costauds d'un nul malvenu. Fautif sur le deuxième but d'AG4L, Pilou (6,5) a feint la blessure pour s'excuser d'avoir perdu le temps. L'excuse est recevable car il est Président. Sinon, il a bataillé sans rechigner. Khalil (7) n'a pas pu prendre le jeu à son compte en dépit de belles accélérations, peut-être s'est-il positionné trop haut. Dans ce genre de match, il doit prendre le jeu à son compte et davantage faire jouer les copains. Revenu d'Argentine où il s'est curieusement fait couper ses magnifiques cheveux, Sam (6) a toujours son beau sourire. Mais il accélérait mieux cheveux au vent.  Entré en seconde période, le Disciple (6) n'a pas trouvé l'interrupteur. Seul à la pointe du combat, Michou (6) a passé une mauvaise soirée, sans une occasion à grignoter. Il s'est heureusement rattrapé sur les chips. Sans Gigi, c'est plus facile.